#AILLEURS

Panorama de la philanthropie des entreprises en Afrique : émergence et problématiques

elephant-111695_960_720.jpg

 

Dans un monde globalisé, la volonté d’étendre son action philanthropique à l’international s’accroît. Or, les pratiques de mécénat divergent fortement d’un continent à l’autre. Si la culture ancienne de la philanthropie en Occident n’est plus à démontrer, il est intéressant d’apprécier l’émergence du mécénat d’entreprise en Afrique, conséquence de sa démocratisation et de la croissance économique de la dernière décennie.

Les actions aussi ponctuelles que locales d’une poignée de personnes fortunées, comme Patrice Motsepe, magnat sud-africain de la mine, premier africain à répondre au « Giving Pledge » des milliardaires américains en 2013, s’estompent au profit d’un mécénat stratégique cherchant à avoir un impact global sur les politiques. Pour ce faire, le mécénat africain est largement porté par des structures dédiées type fondation (pour la moitié des grandes entreprises mécènes) ou ONG, relayées par des structures internationales tel la United Nation Global Compact visant à développer le mécénat des PME et TPE africaines. Les principaux domaines d’action bénéficiant du mécénat sont à teneur sociale : santé, environnement et surtout éducation, plébiscitée particulièrement en Afrique du Sud avec quelques 44% des dons pour ce secteur. Accompagnée par le cabinet Fourreau et associés, l’association Yara LNC, au Niger en est un exemple parfait. Elle met en œuvre des actions visant à améliorer les conditions de vie, l'accès à l'éducation, à l'emploi, à la santé et à la culture des populations défavorisées, en particulier des enfants et des jeunes adultes, dont la construction d’internats au Zinder.

Plus généralement, le mécénat africain est quasi exclusivement financier. Moins de 1% des actions soutenues le sont par le bénévolat ou le mécénat de compétence. Ce mode de fonctionnement fait de l’Afrique l’exact opposé de l’Asie où le Pro Bono prime. En plein développement, les pratiques philanthropiques africaines changent rapidement, particulièrement dans les pays (anglophones) à forte croissance comme l’Afrique du Sud, le Kenya ou le Nigéria.